1784867298.8dd5717.68d146b925db4abc9b063d1ae2625d61
Parce que la nuit à l’Espace Go

Parce que la nuit est faite pour redécouvrir Patti Smith à l’Espace Go

Poétesse, performeuse, anticonformiste, musicienne, romantique, écrivaine… Patti Smith est tout cela à la fois. Comme vue à travers un kaléidoscope, la vie de la marraine du punk est haute en couleurs et sa personnalité complexe et fragmentée. Une intrication mise en scène par Brigitte Haentjens et représentée au travers de cinq comédiens : Céline Bonnier, Leni Parker, Dany Boudreault, Alex Bergeron et Martin Dubreuil. 

Patti Smith, corbeau gothique

Quand Leni Parker et Céline Bonnier montent sur scène, on croit voir Patti, son look androgyne et sa coupe à la Keith Richards, Patti, son attitude désinvolte et son aura charismatique. La pièce commence à la manière d’un concert. Céline Bonnier endosse le rôle de celle que Salvador Dali surnommait le “corbeau gothique”, tandis qu’un band (formé de Bernard Falaise, Rémi Leclerc et Alexandre St-Onge) l’accompagne en retrait sur les planches. La gestuelle de Patti Smith a été soigneusement étudiée et on se laisse prendre au jeu.

Une vie à contre-courant

Parce que la nuit alterne entre ces morceaux musicaux (Gloria, Because the night, Dance barefoot de Smith, mais aussi d’autres, comme Moritat von Mackie Messer de Brecht ou I wanna be your dog des Stooges) et des épisodes de la vie de l’artiste interprétés tour à tour par les différents comédiens. Brigitte Haentjens et Dany Boudreault se sont essentiellement basés sur l’autobiographie de Patti Smith, Just Kids, pour tisser cette fresque rock, mais ce n’est pas tout. Richement documentée, la pièce retranscrit la fureur des années 1960-1970, les influences de Patti Smith (Arthur Rimbaud, Picasso, Bob Dylan, les poètes beat dont Jack Kerouac et William Burroughs), les difficultés financières, les rencontres décisives qu’elle a faites avec Robert Mapplethorpe, Sam Shepard et Fred “Sonic” Smith, les lieux mythiques tels que le Max’s Kansas City ou le Chelsea Hotel, les nuits créatives, sa lente ascension, le succès de sa poésie mue par le rock garage, ses amours houleuses, sa chute, ses deuils, sa vie d’épouse et de mère, et cette carrière qui continue encore aujourd’hui.

Comment (re)tomber en amour avec Patti Smith

Que l’on soit fan de Patti Smith ou simplement curieux, on se laisse porter par le récit de cette icône, qui va au-délà du spectacle biographique. La scénographie d’Anick La Bissonnière évoque à la perfection les décors de concerts, tout en laissant de la place pour d’autres lieux et d’autres imaginaires. Et bien que la distribution des seconds rôles semblent un rien inégale, la multiplicité des interprètes permet de représenter l’identité plurielle de Patti Smith. Au terme de l’ultime chanson, deux envies nous prennent: celle d’écouter la discographie de l’artiste et celle de (re)lire Just Kids.

PARCE QUE LA NUIT
Du 5 mars au 4 avril 2019 au théâtre Espace Go, à Montréal
Espace Go

Texte Stéphanie Linsingh / Photo Espace Go

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.