1784867298.8dd5717.68d146b925db4abc9b063d1ae2625d61
Los Santos Inocentes

De plein fouet : Los Santos Inocentes au Festival d’Avignon

Los Santos Inocentes est un oxymore de fête et de douleur intimement liées. Mapa Teatro nous livre la coutume de cette fête des Saint Innocents ; un pan méconnu de la culture colombienne, qui nous a extirpés de la réalité avignonnaise.

« Pourquoi m’as-tu fouettée si fort ? Mon caméscope n’est pas un masque. J’étais juste venue fêter mon anniversaire. — Parce que tu étais innocente. » Célébrer son anniversaire en Colombie, durant le carnaval des Saint Innocents, était l’envie d’Heidi, malgré les mises en garde de la population locale. Dans les rues de Guapi, des hommes travestis en femme, affublés de masques d’Halloween, fouettent les passants. Au départ, cette fête faisant référence à l’extermination des nouveaux-nés ordonnée par le roi Hérode (dans l’espoir que Jésus périsse parmi eux) permettait aux esclaves venus d’Afrique d’inverser leur rôle avec celui de leur maître, les costumes évoquant alors les épouses blanches. Aujourd’hui, elle commémore les massacres perpétrés ces dernières années en Colombie et rappelle que des innocents sont toujours victimes du pouvoir en place.
Une voix résonne : « Il faut être d’ici pour ressentir le plaisir de la douleur ». Sur l’écran placé au-dessus de la scène : les images capturées par Heidi. La violence des coups de fouet assenés par les hommes aux figures inquiétantes contraste avec la fête qui se donne sur les planches. Une fête, telle qu’on se la représente plus facilement : ballons de baudruche colorés, guirlandes par centaines, musique, vin et amis. Mais au fil de la narration, le pénible descend sur scène. Les corps tombent (malheureusement pas en rythme) et les coups de fouet, peu à peu insoutenables, claquent sur le plancher. Puis, sur l’écran, apparaît le compte rendu macabre de HH. Hebert Veloza, premier chef paramilitaire à avouer ses crimes en échange d’une réduction de peine. Des noms, une liste de morts interminable, défilent dans le noir. Glaçant. Mapa Teatro, la compagnie suisso-colombienne menée par Heidi et Rolf Abderhalden se défend de faire un théâtre documentaire, engagé. Mais pourtant…
Il y a quelques maladresses de la part des acteurs. Un jeu désincarné les rend transparents, interchangeables. Mais cette lacune épouse finalement le propos et image l’anonymat des victimes. On sort coi de l’Auditorium du Grand Avignon – Le Pontet, comme souvent lorsque l’on a l’impression d’avoir assisté de nos yeux au contenu d’un film documentaire. Quand le réel semble prendre le pas sur la fiction, et la vidéo sur la prestation scénique, on peut cependant se demander si le film seul n’aurait pas suffi à nous sensibiliser à ce rituel antinomique.
LOS SANTOS INOCENTES (MAPA TEATRO), 
théâtre du 11 au 18 juillet, à l’Auditorium du Grand Avignon-Le Pontet, à l’occasion du Festival d’Avignon

Texte Stéphanie Linsingh / Photo Christophe Raynaud de Lage

Critique rédigée dans le cadre de la formation à la critique théâtrale mise sur pied par l’Université de Liège et le Théâtre de la Place. Retrouvez ce papier et celui des autres jeunes critiques sur le blog théâtre du Soir, tenu par le journaliste Jean-Marie Wynants : http://blog.lesoir.be/entractes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.