1784867298.8dd5717.68d146b925db4abc9b063d1ae2625d61

Encore une histoire d’amour, au Théâtre Les Tanneurs

Les lumières sont étouffées, la salle se tait. Sur la scène, un couple s’étreint dans le froissé de draps écrus. Le lit est défait, et les corps nus enlacés au sol. On distingue les contours de la chambre, par la lumière réfléchie sur une boule à facettes. La scénographie de Marie Szersnovicz est simple sans être simpliste, et elle suffit à planter le décor de la dernière pièce mise en scène par David Strosberg pour le Théâtre Les Tanneurs : Encore une histoire d’amour.

Véritable aveu de trivialité, ce titre n’est pourtant pas dépréciatif et s’il cache une romance adultère, elle se veut différente – sans harpie, menteur ou manipulatrice –, et prétexte pour évoquer les concepts immuables de l’amour et de la fidélité.

Thomas Gunzig, l’auteur de la pièce, nous confiait avoir envie de questionner cette étrange notion de fidélité : « Dans une société comme la nôtre, on se dit tous que l’on est très libre, que l’on a dépassé les interdits sociaux un peu archaïques. Je me suis demandé, ce que cela signifiait d’être fidèle, infidèle, pourquoi il faut être fidèle ? Pourquoi est-ce que dans une société tellement ouverte comme la nôtre, en tout cas d’apparence, pourquoi est-ce que l’on se sent propriétaire du corps de la personne qui partage notre vie, au point de lui interdire de faire ce qu’il ou elle veut. Cette idée de fidélité est assez violente. »

Si le propos peut sembler sérieux, la pièce nous décroche pourtant des sourires attendris, des éclats de rire et des résonances au fond de notre coeur. On écoute avec bienveillance les souvenirs, les peurs et les déclarations d’Anne et Alex, les deux personnages dont on partage un peu la nuit, endossés avec justesse par Anne-Pascale Clairembourg et Alexandre Trocki. Et on se délecte de l’écriture rythmée et espiègle de Thomas Gunzig. David Strosberg, avec qui il avait déjà travaillé auparavant, nous laissait entendre lors de notre rencontre que dans cette nouvelle pièce, il ne s’agissait pas d’une succession de gags, mais d’une écriture plus mature, plus romantique. Une écriture qui nous a touché en plein coeur.

 

ENCORE UNE HISTOIRE D’AMOUR
du 3 au 7 octobre et du 10 au 14 octobre 2017 au Théâtre Les Tanneurs, à Bruxelles
lestanneurs.be

Texte Stéphanie Linsingh / Photo Les Tanneurs – Stef Stesse

À lire sur le site Internet de Femmes d’Aujourd’hui

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.